Dur métier que celui de dirigeant!


Ceux qui dirigent sont enviés parce qu’ils (ou elles) détiennent l’autorité, commandent l’action et reçoivent les honneurs. Mais l’exercice de la fonction se complexifie!

Leader

On demande maintenant au dirigeant d’être un visionnaire, un rassembleur. On requiert de lui qu’il consulte, qu’il négocie, qu’il suscite l’engagement. On exige qu’il rende des comptes de plus en plus souvent à de plus en plus de personnes ou groupes intéressés.

On lui signifie qu’il devra être à la fois créatif et rigoureux, participatif et efficace, opportuniste et organisé. Il doit obtenir des résultats à très court terme tout en ayant des projets porteurs à long terme. On s’attend qu’il donne de la souplesse et de l’agilité à des organisations de plus en plus grosses et intégrées. On exige qu’il soit un grand communicateur tout en écoutant!

Vraiment, c’est un dur métier que celui de dirigeant et ceux qui l’exercent ont besoin d’être soutenus.

La vision est l’outil principal du leader.


Le dirigeant d’aujourd’hui se doit d’être un leader – un leader qui sait stimuler, mobiliser, explorer, innover et risquer (sans se tromper!).

On attend généralement du leader qu’il génère, articule et propose une vision. Celle-ci constitue, en quelque sorte, l’impulsion initiale de tout projet de changement ou de transformation. Elle permet, très tôt dans un projet, le déploiement efficace des ressources, le juste équilibre des interventions, la complémentarité des intervenants et la cohérence des travaux.

Les universitaires s’entendent pour affirmer que la qualité du leadership et le partage d’une vision sont les deux principaux facteurs de succès de projets d’envergure.

Produire une vision est un processus rigoureux.


Les approches Viisiion sont conçues pour soutenir le ou les leaders dans cet indispensable exercice d’élaboration d’une vision. Elles sont participatives et utilisent l’image de même que la communication interactive pour stimuler la créativité et l’adhésion. Elles accompagnent aussi le leader dans un processus synthétique et rigoureux qui lui permettra de définir rapidement et efficacement sa propre vision avant d’y associer des partenaires, collaborateurs ou parties intéressées.

À ce niveau hiérarchique, chaque projet est particulier. Les approches utilisées doivent donc s’adapter à la personnalité du leader, à l’envergure de l’organisation, à l’urgence de la situation ou aux intérêts en présence. C’est d’ailleurs pourquoi nous parlons d’approches plutôt que de méthodologies.

Essentiellement, les approches stratégiques Viisiionvont aider à :

  • Percevoir et partager les enjeux;
  • Identifier et mobiliser les parties prenantes;
  • Visualiser la réussite;
  • Esquisser une feuille de route et
  • Reconnaître les défis.

L’élaboration d’une vision n’est pas la fin mais le début du processus de transformation. La réalité actuelle de l’organisation se modifiera progressivement et résolument grâce aux plans, projets ou chantiers qui se mettront en œuvre en harmonie avec la vision partagée.

La réussite est l’aboutissement d’une vision et, pour tout dire, sa véritable raison d’être!

Pierre Rhéaume, concepteur